vendredi 9 mai 2008

Le declin de l'empire Francais

Article de Geoff Kitney tire de l'Australian Financial Review d'hier que je vous ai traduit... c'est interessant de voir comment la France est percue a l'etranger...

Si vous pouviez acheter des actions dans le "changement politique", le prix aurait defie toutes les tendances au fil des annees, tout la haut avec l'or, le petrole et le riz, comme un bon placement pour votre argent lorsque tout le reste se casse la figure.

La demande pour le "changement politique" a ete forte tout autour du globe, mettant le pouvoir aux mains des opportunistes tels que Kevin Rudd (le nouveau premier ministre Australien) et l'enlevant de celles des leaders comme John Howard (le premier ministre sortant... en Australie, c'est le premier ministre qui a le plus de pouvoirs) et Tony Blair, autrefois consideres comme des maitres dans la lecture des humeurs de leurs electeurs.

Aux Etats Unis, durant la campagne presidentielle, Barack Obama a mene sa campagne vers des hauteurs que personne n'imaginait possible en offrant un nouveau depart avec le slogan "change we can believe in" (un changement credible).

Mais alors que les electeurs se ruent pour acheter les "idees du changement", ceux qui les vendent se rendent compte qu'il est plus dur de livrer la "realite" et, qu'une fois decus, les electeurs deviennent tres vite amers.

Gordon Brown, le premier ministre anglais, cense apporter l'air frais necessaire au parti travailliste pour se debarasser des "mauvaises odeurs" des derniers jours au pouvoir de Tony Blair, semble avoir rate le coche et apporte a son adversaire tout frais, David Cameron, l'avantage d'etre le candidat du changement. Mais comme le second visage le plus reconnaissable de la decennie du gouvernement Blair, Brown aurait toujours eu du mal a incarner le changement aux yeux des electeurs.

Mais bien plus choquant, est ce qui est arrive de l'autre cote de la manche.
Il ne pourrait y avoir un exemple de gachis politique plus flagrant que la maniere dont le president Francais, Nicolas Sarkozy a decu les electeurs Francais.
Sarkozy a ete elu au pouvoir l'annee derniere a la meme periode, propulse par un vote record sur la promesse qu'il avait les idees, l'energie et le courage de faire ce qui devait etre fait pour sauver la France d'un declin qui a laisse le peuple Francais profondement pessimiste concernant le future.
Sarkozy a declare qu'il avait devolu sa vie au but de diriger la France et qu'il etait arrive a destination juste a temps pour la sauver du desastre.
Cela, a-t-il dit, ne pouvait etre accompli que par une "rupture avec le passe".


Une "rupture" s'averait etre ce que les electeurs Francais attendaient.
Pendant plus d'une decennie sous Jacques Chirac, la France semblait faire du sur place alors que le reste du monde avancait.
Le resultat: une France diminuee. Une economie muselee et contre performante, allourdie par une pensee self centriste et de plus en plus distancee par a la fois les autres pays developpes mais aussi les pays en voie de developpement, ayant un marche plus fluide, des impots moins lourds et un esprit d'entreprise plus fort.
En bref, la France a resiste de toutes ses forces a la globalisation plutot que d'en tirer partie.

Chirac, sourd au glissement de l'economie Francaise, semblait accorder plus d'importance a ses illusions d'une France "puissance globale montante", s'imaginant comme le leader global alternatif contre le president americain George Bush.
En s'opposant a la guerre en Iraq, il voyait la France comme le pivot d'un monde multipolaire dans lequel une Europe menee par la France et ses allies tiendrait front a la puissance Americaine - en effet comme une superpuissance alternative.
Alors que Chirac s'admirait dans les miroirs du Palais de l'Elysee, la France, au lieu de cela a perdu de son influence et de sa credibilite - et les Francais s'en rendaient compte, un sentiment diffus dramatiquement confirme lorsque Paris (de peu favoris) a cede a Londres la place de ville accueillant les JO de 2012.

Aux elections presidentielles de l'annee derniere, les electeurs Francais se sont vus proposer - et ont fait - un choix clair.
Ils ont rejete de maniere decisive l'offre Socialiste, pour, en effet, donner a la France, plus ou moins de la meme soupe, mais en mieux. Ils ont achete a la place les promesses de grands changements de Sarkozy: rendre la France plus economiquement competitive, deplacer le pouvoir des syndicats vers l'entreprenariat et liquider l'idee d'une Europe menee par la France et adopter un statut plus realiste dans les affaires mondiales, incluant une normalisation des relations avec les Etats Unis.

Mais un an plus tard, soulignons l'impact des mesures de Sarkozy: sa popularite a plonge au niveau le plus bas pour un president a l'issue de sa premiere annee en poste; la confiance des consommateurs Francais n'a jamais ete plus basse en 2 decennies; la confiance des entrepreneurs decroit mois sur mois; et l'economie Francais ralentit de maniere significative.
Loin de se sentir plus fiers de leur pays, comme Sarkozy le leur avait promis, les electeurs Francais disent se sentir humilies par l'etalage par Sarkozy de sa vie amoureuse et l'attention que les medias mondiaux lui accordent.
Il y a maintenant de serieux doutes quant aux chances que Sarkozy puisse regagner l'initiative politique qui lui permettrait d'effectuer les changements necessaires pour apporter la rupture promise. Sa popularite est tellement compromise qu'il ne lui reste plus aucune marge de popularite lui permettant de deployer de douloureuses reformes.

Ce n'est pas uniquement un probleme pour la France, c'est egalement un probleme pour l'Europe. L'Europe a desesperement besoin d'une renaissance Francaise pour appuyer la reprise Allemande qui a tire l'Europe d'une decennie de pietres performances economiques, mais qui ne sera pas durable en l'absence d'autres grandes puissances Europeennes pesant de leur poids.

Le besoin de changement en France est encore plus grand maintenant que lorsque Sarkozy s'est hisse au pouvoir avec des promesses de changement. Mais Sarkozy demarre sa seconde annee dans une position bien plus affaiblie pour delivrer ces resultats.

15 commentaires:

Laurent a dit…

Belle analyse de la part des Australiens ! Dommage que ce soit si vrai...

martini a dit…

Même remarque que Laurent. La "perception" de ce journaliste est malheureusement la triste réalité...
Bon Dung j'ai pas reçu la DS ni le PDA ;-)

A+

PS: Je dois reconnaitre ta sportivité car tu m'as compté des points dans ton concours malgré mes remarques qui n'avait pas pour but de le discriminer: c'était juste de l'ironie exprimée certainement maladroitement. J'aurais été toi je m'aurais sorti;-)

Tomy a dit…

+1 laurent, rien à ajouté, si ce n'est que dans mon école d'ingé, la moitié de la promo souhaite partir vivre ailleurs.

José Phinebacker . a dit…

C'est assez juste...
M'enfin rien de plus que ce qui est dit ici, à longueur d'antenne, dans tous les journaux et même par les politiques eux-mêmes (crise d'honnêté ou moment de grâce mystique ça c'est le vrai mystère !) bref tout le monde le dit !
Mais c'est assez juste...

Charlotte a dit…

Intéressant de voir le point de vue Français de l'extérieur...
Par contre chez vous j'ai l'impression que le premier ministre redonne de l'optimisme aux australiens, non ?

effisk a dit…

mmmmh, encourageant tout ça.

Anais a dit…

Bon, puisque mes commentaires s'affichent, j'en profite pour en laisser en autre. ;) D'ailleurs, ça me fait remarquer que le blog a pas été mis à jour cette semaine... lol
En ce qui concerne Sarko, et bien je suis également d'accord avec Laurent. Surtout, que vivant en dehors de la France, ce que j'ai entendu de cette première année de notre président, c'est: le lendemain des élections, il a fait son petit jogging matinal ; il s'est séparé de Cécilia ; est allée en Egypte avec Carla ; à épousé Carla ; à dit "pauvr con" à un mec ; et niveau politique ben à l'étranger ils en parlaient moins... il me semble pas en tous cas que ça a fait la couverture du Spiegel (magazine allemand) comme ce fut le cas pour son mariage... Mais, d'après un bilan que j'ai lu récemment sur internet, il aurait tout de même rempli qqs uns de ses objectifs... Après, je ne sais pas! On verra la suite, en espérant, qu'à l'avenir on en parle plus comme d'un président qui fait des choses pour la France, et non plus comme un président "bling bling"! =)

Sur ce, Bonne journée!! Tschüss

Dung a dit…

C'est vrai que c'est assez difficile de deviner ce que va devenir la France...

Je regarde les infos francaises de temps en temps... depuis 2 ans qu'on est partis... a priori les memes news semaines apres semaines...
Et pour dire la verite, je me sens de moins en moins concerne aussi...

Dung a dit…

anais: merci pour ce resume d'1 an de politique francaise! C'est vrai qu'on voit regulierement Sarko et Carla dans les news australiennes aussi... sa politique... on en entend moins parler!

brucelee a dit…

hey dung,

bravo pour le detail des pays qui consultent ton blog,c'est la preuve que tout le monde s'interesse a ton blog.
bonne continuation !

Charlotte a dit…

Salut la petite famille !
Je voulais vous envoyer un mail mais je n'ai pas trouvé sur votre blog, donc je vous envoie un commentaire sur ce post, qui n'a rien à voir !
Là aussi, j'aurais voulu commenter un de vos anciens posts sur le sujet, mais impossible de remettre la main dessus !
Bref bref... voilà : nous en sommes à quelques mois de l'échéance avec mon chéri et nous nous posons certaines questions... j'ai cherché sur des forums, demandé à mon banquier etc, mais je voudrais avoir votre avis.
Vous parliez à une époque de la carte visa premier, très pratique pour voyager puisqu'elle prend en charge certaines assurances, rapatriement etc. Mais il semblerait que cette carte ne marche plus lorsque le foyer fiscal quitte la france ? (ça me parait normal en fait, mais je me demandais si vous vous l'aviez prise ?)
Ma deuxième question : dans ce même post je crois (que je ne retrouve plus), vous parliez de la BNP, présente en Australie. Vous disiez qu'il était intéressant d'avoir un compte à la BNP en France pour pouvoir retirer sans payer de charges en australie... mais lorsqu'on arrive en Australie, il vaut mieux ouvrir un compte directement, non ? Je ne pense pas que ça vaille le coup pour moi d'ouvrir un compte en France maintenant, alors que dans quelques mois ce compte sera pratiquement inactif. Mais là aussi j'aimerais avoir votre avis...

Voilà voilà, le boulet a terminé so n commentaire hors sujet... j'espère ne pas trop vous ennuyer avec ça...

Merci d'avance !!

Dung a dit…

brucelee: hello, merci sympa

charlotte: oui on a la Visa Premier avec la BNP... ca fait 2 ans maintenant, alors les choses ont peut etre change... mais en effet, la BNP ayant un partenariat avec Westpac (une banque Australienne) entre autre, ca permet de retier des sous aux distributeurs (appeles ATM ici) Westpac avec cette carte, donc debiter sur ton compte BNP francais sans frais...
C'est un moyen peu onereux de retirer des sous au debut (plafonne a 6000$ par mois, mais tu peux augmenter le plafond)...

Mais en effet, tu devras rapidement ouvrir un compte en banque en Australie: au choix, parmis les 4 grosses banques, ANZ, Commonwealth Bank of Australia, National Australian Bank ou Westpac... Tu auras un compte courant (appele Savings) et une carte de retrait permettant de retirer des sous aux ATMs ou payer a la caisse (ceux qu'ils appellent EFTPOS)... ce sont des cartes de retrait et pas des cartes de credit, puisqu'ici, ce sont 2 cartes separees et tu ne pourras demander une carte de credit que si tu peux justifier d'un sponsorship.

Bref, apres avoir ouvert un compte en banque ici, je me suis rendu compte qu'en fait, les frais de transfert sont derisoires... genre pour transfer 50 000$ il en coute quelque chose comme 20$. Donc pour deplacer ton capital, autant avoir recours au transfert (munis toi de tous les details bancaires, IBAN, SWIFT...etc)

Charlotte a dit…

Merci pour ces infos Dung ! :)

Milie a dit…

Je sais pas si vous avec l'occasion de regarder les mauvaises nouvelles le matin, je veux dire la retransmission du journal de France 2. Affligeant. Ca va vraiment mal en France. Et le journal donne envie de se tirer une balle ! Dur dur la vie en France en ce moment.

Dung a dit…

milie: oui on regardait les infos de temps en temps, mais j'avais l'impression qu'ils repassaient encore et encore la meme cassette enregistree... en fait, j'avoue que ca m'interesse de moins en moins