lundi 23 janvier 2006

OZ : [part 4] Conclusion et raccourcis

Partir en Australie me permettra de vivre 6 mois de plus !

Partir en Australie (devrait) me rendre plus riche : augmentation du pouvoir d'achat et meilleurs taux d'épargne. A vérifier dans la réalité, car les salaires y sont 20% inférieurs, et le coût de la vie dans les grandes villes ne cesse de croître, pour quasiment rattraper les grandes villes européennes, notamment au niveau de l'immobilier.

Partir en Australie me permettra de ne pas avoir de voisin ! En réalité, la densité de peuplement est biaisée puisque si on retirait les étendues désertiques, cette densité monterait très rapidement... mais bon, il suffit d'aller voir les sites immobiliers pour voir qu'il reste quand même de la place !

Partir en Australie m'évitera le surrendettement : hé oui, pauvres français, lorsque vous faites un enfant, à sa naissance, il est déjà endetté de 20 000 € (voire 40 000€ si on tient compte de la retraite des fonctionnaires, dont on ne sait pas finalement qui paiera la note)... un conseil, poussez le à faire des études supérieurs, car avec un salaire à moins de 30 000 €, la dette publique + les éventuelles dettes pour un achat immobilier, ca va être très dur à gérer. Pour information, la dette publique française, rien qu'au niveau des intérêts, représente au choix : 89% de l'impôt sur le revenu, 140% de l'impôt sur les sociétés ou 20% du budget de l'état. Et encore, la on ne parle que des intérêts. Bon, si vous voulez être rassurés, il y a pire : le Japon est endetté à hauteur de 121% de son PIB (contre 66% pour la France). Mais il faut rester optimiste, l'Australie a bien résorbé la sienne, en passant de 50% du PIB à 7% en 10 ans...
Bye bye la dette

1 commentaire:

Denis a dit…

Whaouuuuu, vous avez étudié le cas trèsssss sérieusement ;)