dimanche 19 février 2006

Siffler en déménageant : [part 1]

Squatteur !
Samedi on a passé notre journée à la recherche d'un magasin d'électroménager... et en revenant à l'appartement le soir, on a retrouvé... un deuxième spécimen d'étudiant architecte... le premier s'était reproduit par un étrange phénomène et voila que nous en avions deux pour le prix d'un (le deuxième étant cette fois de sexe féminin). Bien sûr quand je parle de squatteur, je ne parle pas d'eux, mais de moi ! En effet, en arrivant dans notre nouvelle maison, la première chose que j'ai fait a été de scanner les connexions wifi des voisins : et hop, voila que je peux continuer à blogger sans payer mon abonnement ADSL ! Arff arff ! Quant aux deux étudiants architectes, je leur ai sous loué les quelques semaines restantes et je leur souhaite bonne chance dans leur recherche d'une colloc !

Upside down you turn me
Samedi donc, on est allé faire un peu de shopping afin de meubler cette maisonnette bien vide. Pour faciliter nos déplacement on est allé louer un big "wagon", c'est à dire un break : en l'occurence une grosse Holden Commodore... premier contact avec la bête... c'est vraiment super long comme engin, le volant est bien à droite comme je m'y attendais et... c'est une boîte automatique ! Panique, je n'ai jamais conduit une automatique, et même si à priori c'est assez simple, allez deviner ce que veulent dire les lettres P, R, N, D et les chiffres 1, 2 et 3 marqués sur la boîte ! J'ai appelé un papy qui passait dans le parking qui m'a expliqué le maniement de la bête et nous voila parti explorer les environs de Melbourne...
Alors la, laissez moi vous dire que vous faites pas le malin lorsque vous conduisez pour la première fois un engin énorme, dont toutes les commandes sont inversées (commandes de clignotant à droite, pour tourner à droite, il faut tourner le volant à gauche, pour accélérer, il faut tirer le frein à main !!! ... nannn, la je rigole), dans une grande ville que vous ne connaissez pas, avec un code de la route "très spécial", entouré de tramways qui partagent la route avec vous ! On a bien flippé avec Stéphanie... le volant étant situé à droite et la voiture étant plus large que nos standards européens... j'avais une facheuse tendance à frôler les trottoirs de gauche ! Deuxième point très chaud, tourner à droite à un carrefour : en fait, il faut se mettre sur la voie de gauche, s'avancer et finalement tourner à droite pour se placer à droite sur la voie de gauche (vous me suivez ?) ! Nous voila donc parti pour Port Melbourne dans un premier temps, pour prendre les mesures de l'appartement... oufff, on arrive à bon port (facile à caser celle là désormais !)... en se demandant si en fait, on aurait pas eu plus vite fait de prendre le tram ! On repart ensuite direction Richmond, par le périph... on se paume, on tourne en rond. Finalement, on repasse par la city... la au moins on arrive à peu près à se repérer !

A la recherche du frigo sacré
On arrive à Richmond, le quartier viêtnamien ("little Viêtnam")... qui en fait, plus que le "chinatown" de Melbourne qui regroupe une ou deux rues "attrape touristes" de Melbourne, est le véritable chinatown et ressemble plus au 13ème arrondissement de Paris.
Ca y est, on est à Ikea... bon, ce qu'il y a de bien chez Ikea... c'est qu'on a l'impression d'être en France... enfin, c'est tellement standardisé comme truc, qu'être dans un Ikea à Paris, Melbourne ou Tombouctou, c'est du pareil au même : les mêmes labyrinthes, les mêmes sandwichs "attrape nigaud" (vous savez, ceux qui ont l'air immenses sur la photo et qui sont en réalité de la taille de votre pouce...), mêmes noms de meubles à consonnance Tüvaldügornstadt. En fait, premier constat... si en Australie, il n'y a pas tant de Ikea que ça, c'est parce qu'il y a un gros concurrent : Freedom. Deuxième constat, Freedom, c'est carrément mieux ! On remet les courses du "gros meuble" à plus tard dans l'après midi... car encore une fois dans ce centre commercial, point d'electro ménager en vue... nous repartons donc sur Richmond à la recherche d'un magasin que Stéphanie a repéré sur Internet. Acheter de l'électronique sur Melbourne, c'est un peu la "chasse au trésor" : incroyable... à croire que ça se vend sous le manteau ! Imaginez les gros titre "Deux touristes français écoppent de 20 ans de prison pour possession illégale de frigidaire... on a même retrouvé une bouilloire cachée dans leur garage !". On arrive finalement au Clifton Hill... bon y a de tout comme électroménager (ici on ne dit pas "fridge" ni "freezer" mais "refrigerator")... peu de choix, des prix affichés qui semblent surestimés...

En fait, on dirait pas comme ça, mais l'Australie, c'est un peu Marrakech... les vendeurs sont de vrais marchands de tapis : soit les prix sont élevés, soit ils ne sont carrément pas affichés et les vendeurs les donnent à la tête du client... il ne faut pas hésiter à négocier ("bargain")... on obtient facilement 10%... bon le magasin sent un peu mauvais, rempli des vendeurs au sourire "email diamant"... on s'en va, résignés à revenir si on ne trouve rien d'autre.

4 commentaires:

Yves a dit…

C'est quand même fou nan ??? Vous vous attendiez à ce que ce qui vous fasse le plus défaut au début soit la pénurie de "DARTYS" ? Enfin, heureux que vous ayez déjà les 4 murs (et méfie toi des manoeuvres au volant !!! on se retrouve vite du mové côté de la route après un demi tour ... juste par "habitude".)
bisous de Toulouse !

Julien a dit…

En tant que 2e visiteur suisse de votre blog, je me dois de vous laisser un commentaire! Il est très sympa et vous arrivez bien à faire vivre votre périple!

Dung a dit…

Hi Julien le suisse : alors ça te donne des envies de voyage ? ;)

Dung a dit…

Yves, pour l'instant je me suis jamais retrouvé en contre sens ! Heureusement il y a souvent des marquages au sol... mais à la sortie du parking de location, il n'y avait rien, je ne savais pas dans quel sens je pouvais m'engage, y avait plein de rues qui se croisaient ! J'ai finalement attendu qu'un taxi passe et je l'ai suivi...